L’Amirale des mers du Sud

 & 

Épisode particulier dans l’histoire des conquistadors, ce long périple jusque dans les lointaines îles Philippines fut dirigé d’une main de fer par Isabel Barreto, autoproclamée Amirale après son veuvage. Commandé aux auteurs pour la commémoration des 500 ans de la découverte du continent américain, ce récit encore inédit en France nous permet d’apprécier un aspect plus épique du talent hors-norme de Carlos Nine.

Préface de Lucas Nine.

Presse

· Presse ·

Les couleurs sont éclatantes. Nous croirions aux tropiques couchés sur le papier. L’Amirale des mers du Sud est un must have pour les amoureux de l’aquarelle. […] Quelques lignes et quelques taches de couleur suffisent parfois à faire vivre une scène. Cela donne un aspect onirique à l’histoire et correspond idéalement à la fuite en avant d’Alvaro de Mendaña et Isabel Barreto.
[…]
Le résultat est sans faille et offre une plongée dans un océan de couleurs, vaste et tumultueux comme le Pacifique.
L’Amirale des mers du Sud n’est donc pas seulement un ouvrage de commande et de circonstance. Malgré et même grâce aux contraintes de sa réalisation, il revêt des aspects exceptionnels qui en font un jalon méconnu mais important dans l’œuvre de Carlos Nine. Surtout, en dépit de sa relative brièveté, c’est un petit chef-d’œuvre de dessin à l’aquarelle auquel Lucas Nine et Les Éditions de La Cerise nous donnent accès.

,

Le résultat, qu’il détestait, paraît-il, est étourdissant. Un tourbillon de formes et de couleurs qui traduit autant le désarroi des marins rebondissant de tempêtes en îles hostiles que l’angoisse et l’épuisement de l’artiste, tenu de tomber dans les temps ses 46 planches. Il en est sorti grandi, stylistiquement libéré et enrichi.

, Casemate